Parc naturel régional d'Armorique

Vous êtes dans : Accueil > liens rapides > Kumunioù ha etrekumunelezhioù > Landivisiau

Landivisiau

CONTACT

Mairie

19 rue Clemenceau B.P. 90609

29406 LANDIVISIAU Cédex

Tél. : 02 98 68 00 30

Fax : 02 98 68 35 24

landivisiau@ville-landivisiau.fr

www.landivisiau.fr

Landivisiau, placée au carrefour de plusieurs voies de communication, est une fondation monastique du Moyen Age. Ce n’est qu’à cette époque que le développement de Landivisiau prend quelque importance, avec la construction du château de la seigneurie de Daoudour (vestige détruit au XVIème siècle). Landivisiau devient chef lieu de canton après la Révolution et s’affirme rapidement comme l’une des principales villes du Léon. L’industrie linière et celle de la tannerie lui apportent la prospérité. Ses foires et marchés se développent mais la ville est surtout connue par le commerce du cheval qui attiraient des acheteurs venus de l’Europe entière. Des mutations urbaines profondes modifient le visage de la ville au cours des XIXème et XXème siècles. L’installation d’une base aéronavale (BAN), en 1968, est un fait majeur dans l’évolution de la ville. Landivisiau connaît à cette époque un grand bouleversement qui se traduit aussi sur le plan économique. Parallèlement, le remembrement et la création de la voie express ouvrent de nouvelles perspectives économiques par le biais des zones industrielles et artisanales. Le développement urbain important se concentre autour de voies structurantes. Landivisiau reste proche de ses origines agricoles, car c’est le secteur agro-alimentaire qui prédomine aujourd’hui. Cette reconversion permet à Landivisiau de connaître actuellement une prospérité économique et un accroissement constant de sa population.
 
 Nombre d’habitants : 9301 (recensement 2008)
 Superficie : 1899 hectares
 

A DÉCOUVRIR sur la commune
 
 - La fontaine St Thivisiau,
 - L’église et ses orgues,
 - L’ossuaire : la chapelle Sainte Anne,
 - Le parc de Créach Kélen et l’Espace culturel Lucien Prigent,
 - La bibliothèque Xavier Grall,
 - L’hôtel de ville.

eZ publish © Inovagora